Blog Archive

mercredi 27 juillet 2011

Brève II

Je déteste l'expression "révolution du Jasmin". On me dira que ce n'est qu'un nom, qu'une étiquette comme une autre, puisqu'il faut en accoler une sur ces tiroirs d'évènements et de morts utiles qui font les révolutions, et que ça n'engage à rien, mais je n'y crois pas. Il y a là-dessous cette volonté pernicieuse d'embellir la réalité, de donner des noms de petites fleurs aux périodes où le sang à coulé, que ce soit la Révolution des Oeillets au Portugal, des tulipes au Kirghizstan, la Guerre des deux roses en Angleterre, bref, changer les tas de morts par des bouquets, ça m'échappe un peu surtout quand on baptise l'évènement alors que sur sa page d'histoire l'encre n'est pas sèche. A croire que certains journalistes ont des relents de flower power à force d'écouter Laurent Voulzy.
Sans doute des journalistes qui ont fréquenté le Planemard ou la Barboleuse. Les élèves ayant fait leur école à la montagne là-bas savent de quoi je cause.

Et puis, bien sûr, ça pue l'orientalisme bête :"- Je vous dis "Orient", vous me répondez quoi ? -Odalisque, narguilé, jasmin, thé à la menthe, hammam ! -Bon, on va garder le jasmin."
Prenez cet autre exemple le rallye Aïcha des gazelles ça se passe au Maroc donc forcément, paf gazelle, parce que la gazelle est empreinte de valeurs de générosité et de partage, ce qui... euh...Ce qui est en lien direct avec un rallye automobile 100% féminin. Hum. Non content d'inventer des qualités à la gazelle, elles n'ont aucun rapport avec la course, super.

Et bien sûr n'oublions pas que 
"Le Rallye Aïcha des Gazelles raisonne de milliers d'histoires, il rend les femmes plus belles et révèle leur potentiel."
Déjà, tu voulais peut-être dire "résonne", et ensuite, Bordel, c'est un rallye automobile ou une crème de beauté ? 
Mais bon, la générosité, elle est où dans cette ambiance de compétition, de performance qui environne tout rallye quel qu'il soit ? Ce serait oublier que le Rallye aïcha des gazelles du désert des milles et une nuit de fatima au thé à la menthe (rayez les mentions inutiles) est, je cite :

une compétition sans vitesse dans le respect des populations locales et de l'environnement.

Une promenade, quoi.
Et en plus on a une super vidéo de Christine Lagarde pour cautionner l'événement ! L'actuelle directrice du FMI, qui avait probablement un job bien plus merdique au moment où elle avait la faiblesse de cautionner ces conneries féministes/écologistes/anti-capitalistes, mais bon, puisque ça renforce l'amitié franco-marocaine et que le gagnant, c'est pas celui qui va le plus vite, alors c'est chouette.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

"As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ?
Ce que tu veux m'apprendre, est-ce quelque chose de bien ?
Est-il utile que tu m'apprennes cela ?
Dans le cas contraire, pourquoi tiendrais-tu à me le dire ?"
- une poétesse victorienne moraliste, à peu près.