Blog Archive

jeudi 17 mai 2012

Le piège de la forme (2)

On pourrait relever que dans ma précédente intervention j'ai oublié l'exemple le plus frappant d'une histoire qui enferme ses enjeux dans le cadre de sa narration, Dr House excepté : How I Met Your Mother.

Série qui raconte de quelle façon Ted - un branleur - n'a pas rencontré la mère de ses enfants, mais au contraire comment lui et ses potes se tapent plein de filles et font les cons. Ce qui est plutôt bizarre puisqu'il le raconte à ses gosses.


Frustrer les spectateurs : c'est censé être drôle.


Les scénaristes ont depuis longtemps assimilé cette idée : leur série a un but - Ted rencontre sa meuf - et elle prendra nécessairement fin à ce moment-là. Donc les auditeurs aimeraient bien apprendre comment ça a commencé, quelles scènes clichés à la Harry rencontre Sally ils vont pouvoir insérer, les scènes OÙ IL LUI COURT APRÈS ET OÙ ILS S'EMBRASSENT SOUS LA PLUIE, BORDEL DE QUEUE, ON ATTEND QUE CA !
Donc pour appâter leurs lecteurs, leur donner l'impression que la série a un fil rouge, on leur jette des bouts d'intrigues comme des morceaux de viande noire à des chiens. Exemples :
No Tomorrow (03x12) : Ted et Barney fêtent la Saint-Patrick.
Hé, les enfants, cette soirée est importante : votre mère y était !
Là le public balise complètement OH LALA LES COPAINS L'INTRIGUE AVANCE, C'EST PAS POSSIBLE, ON VA ENFIN APPRENDRE DES TRUCS ! 
Fin de l'épisode : En fait j'étais bourré et je suis content que votre mère ne m'ait pas croisé, je l'ai rencontrée beaucoup plus tard lolilol par contre elle avait oublié son parapluie. Et il le ramasse.
Un parapluie jaune. Uniforme. Ca doit être très rare, dis donc. Et ce n'est pas du tout un schéma à la Cendrillon, hein, pas du tout. Sauf que là c'est un PARAPLUIE, UNIFORME. Rien de spécial. Aucune chance d'avoir une scène de "Oh mon dieu ! C'est forcément ton parapluie, parce que jamais dans l'histoire de l'humanité, personne n'a jamais eu un parapluie jaune uniforme, c'est forcément le tien !"
On avait déjà entendu Ted dire à ses enfants (03x01) qu'ils connaissaient l'anecdote "version courte" de la rencontre de leurs parents, celle invoquant un parapluie jaune. Ce serait pas ça, par pitié, c'est pas possible que ce soit aussi con ?

Ben si. 
Ted rencontre sa femme grâce à ce parapluie, on le précise à plusieurs reprises. Ouah.
Et on vous fait croire qu'il se rapproche de plus en plus, hein
Dans "Girls versus Suits" (05x12) Ted drague une étudiante, Cindy, et se retrouve dans son appartement qui se révèle être également celui de sa future femme, la colocataire de Cindy. Il aperçoit d'ailleurs… Le pied de sa meuf (scenarists, seriously ?) alors qu'elle entre dans la salle de bain. Alors qu'il se fait éconduire par Cindy, il oublie le parapluie jaune. Et voilà. Sa meuf l'a récuperé. Même pas de scène à la cendrillon.

(On annonce d'ailleurs que la meuf de Ted est dans la classe à laquelle il donne un cours, qui se trouve être une classe d'économie, puisqu'il s'est trompé d'auditoire, ou un autre truc de libertaré. Ouah, je sais ce qu'elle étudie, j'en suis tout palpité.)

Je suis mort de rire.


Et tout ça est censé être drôle. On te balance le parapluie jaune à droite à gauche (e.g. 03x01 Wait for It à la fin.) S'ils se contentaient d'accumuler les gags et de les enchaîner, pourquoi pas, mais là ils ont voulu relever le défi de tout raconter en flashbacks et de maintenir le suspense jusqu'à la fin en considérant que la série était en fait racontée à ses enfants. La forme est meurtrière : s'il raconte à ses enfants, ça veut dire qu'à aucun moment une seule des filles mentionnées ne peut être leur mère, en aucune façon puisqu'il prononce leurs prénoms.
Et que les enfants connaissent, j'imaginent le nom de leur mère. Donc un personnage féminin est nommé, bim, il est grillé. Foutu.
On connaîtra la mère (ce qui est le but de la série que dans le dernier épisode) et si c'était pas assez contraignant, ils en rajoutent.

Les allusions s'étaient entassées (On voit Ted&Marshall à un mariage où Ted est censé rencontrer sa meuf et il a oublié son parapluie) et à la fin de la saison 6, on voit que le mec qui doit se marier c'est… Barney. Donc c'est la fin de la série, youpiya, TOUT LE MONDE JOUIT PARTOUT !

Et donc on se réveille au début de la saison 7 au mariage de Barney qui se demande si il a épousé la bonne meuf (i.e. Robin, mais on laisse un suspense), Ted dit que oui, et on se dit, tiens on va entrer dans un mariage qui va durer UNE SAISON ENTIÈRE. Quand tout à coup…

FLASHBACK.
"YO DAWG  I heard you like flashb… Oh wait, you don't like that. We screwed at some point."

Oui, toute la série est un flashback de Ted qui fait chier ses gosses sur comment il a rencontré sa meuf à un mariage, et maintenant on a imbriqué un flashback de Ted qui raconte comment on est arrivé au mariage. Tout ce que vous verrez sera décevant, absolument décevant : ça ne peut pas finir bien. On en peut pas faire un prologue de 20 épisodes, ça ne marche pas.


HIMYM : une série sur le destin.

La série essaye constamment de vous parler de l'effet papillon, de ce que le destin est une chose volatile qui dépend de deux trois circonstances merdiques. Par exemple Right Time, Right Place (04x22) : cet épisode résume toute la série : tout dépend de petits trucs sur lesquels on va faire des flashbacks tous pourris histoire d'expliquer des détails inintéressants.

Voilà, les enfants, si j'avais pas évité de manger ce bretzel, et si j'avais pas lu ce journal, et si j'avais pas… En fait, ça change rien parce qu'on revoit Stella à la fin et que CA NE FAIT PAS AVANCER L'HISTOIRE.
Alors qu'en fait la série parle exclusivement du destin et de l'inéluctable. Les personnages font toujours n'importe quoi sans que ça ait une incidence sur leurs rétributions. Robin prétend qu'elle a été "absente" au boulot et qu'elle a peur de se faire virer ? Elle a une promotion. Barney craint pour son emploi, et il essaie alors de faire une "perfect week" (05x14) pour se détendre (à savoir se taper 7 meufs différentes 7 soirs d'affilée) ce qui contribue à le rendre distrait et inconséquent et… Il garde son emploi ! Le destin, on vous dit.
Par contre dès qu'un personnage fait des trucs à peu près sensés il s'en prend plein la gueule, parce que c'est comme ça, ponctue souvent la morale de l'épisode. Enfin, plein la gueule, généralement se faire quitter parce que c'est une sitcom, quoi le pire truc qui puisse arriver c'est la perte de l'amûûr, la maladie, la mort c'est des trucs abstraits.
 Dès lors, on sait très bien que soit a) Barney finit avec Robin ou b) Barney ne finit pas avec robin.
a) on est déçus parce que c'était prévisible.
b) on est déçus parce que ça suit pas le schéma logique de la série.
Dès que j'ai vu Barney dans le costard du marié, c'était prévisible : on ne verrait la mariée qu'à la fin de la saison 7, dans les trois dernières secondes, de préférence, histoire d'avoir une saison entière sur le mariage. J'écris ces lignes en ayant vu tous les épisodes sauf le ending en deux parties qu'on décrit d'ores et déjà comme la pire chose jamais écrite de tous les temps.
Je pense juste que les scénaristes écrivent sans se préoccuper du public, ou au contraire qu'ils font chier les gens, juste parce qu'ils trouvent ça drôle (ou qu'ils trouvent ça "méta", pour faire hipster). Je crois que Cioran avait raison, on doit se préoccuper de ses lecteurs. Ceux qui ne le font pas ont des postures de mystiques, et comme disait Cioran, ils devraient se retenir d'écrire, car après tout, Dieu ne lit pas.

Ceci est mon ressenti après six saisons et 20 épisodes.
Maintenant je regarde le finale et je reviens vomir.

EDIT 1 : Bon, j'ai fini la première partie du finale en deux parties. QUI N'AVAIT PAS LIEU D'ÊTRE UN "EPISODE EN DEUX PARTIES". Toute l'intrigue de la première partie SE CONCLUT DANS LA PREMIÈRE PARTIE. Pas la peine de faire comme si c'était une intrigue suivie sur deux épisodes. Connerie.
On enchaîne sur le deuxième épisode. Saleté.
Que voit-on ? Ted qui sort de la salle quand on apprend que la mariée veut le voir. Quand tout à coup il pense en mode narrateur mélancolique "How the hell did we get there ?"
TOUTE LA SAISON ETAIT UN "HOW THE HELL DID WE GET THERE", pas besoin de revenir dans le futur pour retourner dans le flashback où de toute façon on était déjà.
Aïe.

EDIT 2 : Bon j'avais parfaitement raison, c'est ma seule satisfaction.
En fait toute la saison 7 aurait pu être remplacée par son dernier épisode, sans déperdition.
/vomit

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

"As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ?
Ce que tu veux m'apprendre, est-ce quelque chose de bien ?
Est-il utile que tu m'apprennes cela ?
Dans le cas contraire, pourquoi tiendrais-tu à me le dire ?"
- une poétesse victorienne moraliste, à peu près.