Blog Archive

mercredi 27 juin 2012

Robots

Petit billet en passant, sans rime ni raison.
L'autre jour, encore assoupi, dans des couvertures tièdes, j'ai entendu le radio-réveil se lancer et déblatérer une émission de la RTS (oui, encore... Que voulez-vous, on n'a pas huit milles radio qui s'attaquent à des sujets intéressants, et il faut que celle-ci le fasse mal) et celle-ci (en l'occurence Rien n'est joué) m'avait l'air intéressante, tiens ils disent des choses pertinentes et tout, faudra que j'écoute mieux. Les bribes que j'en arrachais avant de replonger dans un semi-sommeil me paraissaient contenir des raisonnements correctement effectués, et tout.
Le soir venu, j'entendis la rediffusion de l'émission à 3h du matin, et là, l'imposture ne pouvait plus prendre mon sommeil comme bouclier : c'était indigent. Je n'ai jamais vu des questions si mal à propos. On parle de robots, d'automates, de ce genre de choses et... Enfin, si vous souhaitez l'écouter :

http://download-audio.rts.ch/la-1ere/programmes/rien-n-est-joue/2012/rien-n-est-joue_20120626_full_rien-n-est-joue_379735f9-5dc0-4c10-ba14-01ab5d5e2f9c-128k.mp3

J'ai quelques remarques.
Les mecs parlent de "l'avenir de l'homme-robot", bon, sujet à la con, on sent venir les questions du type, est-ce qu'on sera bientôt dotés de six bras bioniques et d'un tas de puces implantées sous la peau hihihi.
Mais là, un des deux invités aborde Asimov (c'était assez prévisible, remarquez) et parle des Trois Lois de la Robotique qu'Asimov a édictées, pour commence par dire "oh, je les connais pas par coeur..."
Bon sang, c'est trois lignes, trois lois de la part du GRAND auteur de science-fiction sur les robots, qui dit-on a édicté le terme "robotique", même si lui même s'en vantait difficilement. Ils affirment ensuite que TOUTE L'OEUVRE d'Asimov n'est qu'un jeu à partir de ces trois lois (je n'ai lu que quelques nouvelles, je peux difficilement confirmer ou réfuter) mais quand on fait une affirmation aussi énorme, est-ce que c'est si dur, du coup de connaître par coeur les trois lois ? Je veux dire, de mémoire c'est 1) les robots obéissent aux humains, 2) ils ne font pas de mal aux humains et 3) ils essaient de se préserver tant que ça n'interfère pas avec les lois 1 et 2. Bon j'ai inversé les lois une et deux, mais quand même ! Tu parles du PLUS GRAND auteur dans le genre et tu AFFIRMES que son oeuvre dérive entièrement de ces lois, ce serait quand même un minimum de prétendre que tu t'y connais, non, quand t'appelles ton bouquin "L'homme-machine et ses avatars, entre science, philosophie et littérature, XVIIe-XXIe siècles", non ?

Ensuite je voulais simplement rappeler qu'Asimov lui-même faisait remonter la thématique du robot/automate à bien avant le XVIIe, à savoir le moment le plus ancien de notre littérature : Homère. En particulier dans le Chant XVIII de l'Illiade :
...Mais tandis qu'ils conversent ainsi, Thétis aux pieds d'argent arrive dans la demeure d'Héphaïstos, demeure impérissable et étoilée, éclatante entre toutes aux yeux des immortels, toute en bronze et construite par le bancal lui-même.
Elle le trouve, tout suant, roulant autour de ses soufflets, affairé. Il est entrain de fabriquer des trépieds - vingt en tout - qui doivent se dresser tout autour de la grand-salle, le long de ses beaux murs bien droits. A la base de chacun d'eux, il a mis des roulettes en or, afin qu'ils puissent, d'eux-mêmes, entrer dans l'assemblée des dieux, puis 'en revenir au logis - une merveille à voir ! Ils sont presque terminés ; les anses ouvragées, seules, ne sont pas encore en place ; il y travaille, il en forge les attaches. Tandis qu’il peine ainsi, en ses savants pensers, voici que s’approche Thétis, la déesse aux pieds d’argent....
...Puis il enfile une tunique, prend un gros bâton et sort en boitant. Deux servantes s'évertuent à l'étayer. Elles sont en or, mais elles ont l'aspect de vierges vivantes. Dans leur cœur est une raison ; elles ont aussi voix et force ; par la grâce des immortels, elles savent travailler. Elles s’affairent pour étayer leur seigneur. Il s’assoit sur un siège brillant ; puis il lui prend la main, il lui parle, en l’appelant de tous ses noms.

Les servantes d'Hephaistos sont en or mais dotées de raison, de voix et de force. En outre elles l'assistent dans ses tâches (robot voulait à l'origine dire "esclave"). Bon, ben voilà des robots.
Et troisièmement, pourquoi l'animatrice dit "Si l'homme est une machine qu'en est-il de Dieu et de l'âme ?"(1min39) ? Sur l'âme, je comprends, mais sur Dieu ? Un monde déterminé, on arrive à le concilier avec l'idée de Dieu sans problème, depuis Descartes pour une exemple moderne, et depuis les Stoiciens antiques pour un autre un peu plus ancestral.
WTF.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

"As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ?
Ce que tu veux m'apprendre, est-ce quelque chose de bien ?
Est-il utile que tu m'apprennes cela ?
Dans le cas contraire, pourquoi tiendrais-tu à me le dire ?"
- une poétesse victorienne moraliste, à peu près.