Blog Archive

mardi 13 novembre 2012

Blague d'historien



Il faut ici un peu de culture.
En 1815, après la défaite de Napoléon et son exil définitif à Sainte-Hélène, Louis XVIII remonte sur le trône, après sa maigre première restauration en 1814, avant les Cent-Jours et le retour - brièvement - triomphal de l'empereur. L'empire redevient une monarchie et replace la dynastie des Bourbons sur le trône de France jusqu'en 1848. Cette boutade fait référence au problème de succesion dans les empires français. Le roi de Rome, fils de Napoléon, ne comptait dans les plans de personnes pour sa succession, par exemple lorsque la rumeur courut que l'empereur était mort d'une balle dans la tête à Moscou, tout le monde s'est à moitié rebellé, tentant de tirer son épingle du jeu, mais personne n'a songé à son fils, lui démontrant que son empire mourrait avec lui.
De même pour Napoléon III et son fils, le présumé Napoléon IV, mort en allant se battre contre des Zoulous, en bon occidental.
Le monarque chante bien sûr sur l'air des Bonbons de Jacques Brel :

(Oui, je sais, on dirait pas Louis XVIII, je m'en fous, j'ai fait une sorte d'esatz de Louis-Philippe de mémoire)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

"As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ?
Ce que tu veux m'apprendre, est-ce quelque chose de bien ?
Est-il utile que tu m'apprennes cela ?
Dans le cas contraire, pourquoi tiendrais-tu à me le dire ?"
- une poétesse victorienne moraliste, à peu près.