Blog Archive

lundi 14 janvier 2013

Lou! creepypasta

<Note : Ca tient mi-partie du creepypasta et mi-partie de la fan-spéculation, la fanon. On se doute des multiples failles de la théorie. En fait le tome 6 de Lou m’a beaucoup fait penser à House’s Head et Wilson’s Heart, le double épisode final de la saison 4 de Dr House. Et un peu aussi à Community avec Abed’s Uncontrollable Christmas : Duncan hypnotise Abed et lui demande d’aller dans la Cave «aux Frozen Memories» dans un gros rippoff de l’histoire sans fin.



De même, ici les cristaux roses m’avaient bien l’air d’un gimmick d’accès à l’inconscient.>

Lou! C’était une petite série jeunesse très sympa sur l’adolescence et les tourments de l’adolescence chez les adolescents.
Et aujourd’hui on parle des des tourments de l’adolescence des adolescents, mais plus vieux. On se contente plus d’aller tomber dans le coma en tutu et bottes de cuir dans un cimetière d’autobus, non, c’est pas assez baroque, là on a des cristaux roses avec des petits lapins qui apparaissent de partout, et subitement tout le monde devient une sorte de super-héros vengeur qui se balade sur les toits au crépuscule. TINTINTIN
Et la première réaction de tout le monde c’est : «Ok, Julien Neel a craqué son slip.»


Tout le monde pète les plombs. Neel dit que c'est pour marquer le côté destructuré de l'adolescence.
Baleineau, ma petite soeur, a pourtant une théorie folle pour expliquer les recoins secrets du tome 6 de Lou! : elle subirait une thérapie par l’hypnose et pouf, ça donnerait le pêle-même bizarre de souvenirs.
Extrait, p.4. Copyright Glénat.

Premier mystère : Richard semble reparaître sous les traits d’un suédois qui ne parle plus français. Rien d’étonnant, dans Laser Ninja (t.5) c’est le traumatisme dû à une certaine marque de meubles en kit suédois qui l’avait poussé à fuir femme et enfant, et abandonner Fulgor pour une retraite d’ermite grand-guignolesque dans la Graoute. Mystère résolu.
Deuxième mystère : le titre. L’age de cristal, c’est l’adolescence, bon. Mais c’est aussi le titre français d’un film nommé «Logan’s run» en anglais. Or, Logan c’est le nom de la chaîne de restaurants dans laquelle ils vont toujours. Peut-être un clin d’oeil ? Un sens plus profond ? J’ai pas vu ce film, donc bon.
Troisième mystère : Les G. Il y a des G partout. Vraiment partout. Dans tos els recoins des cases, sur les murs, sur les livres, dans l’éclairage public, sur les trams, la compagnie de télégraphe porte une enseigne «téléGraphe»(petit mystère en soi : ce délire steampunk où elle va chercher ses messages télégraphiques alors qu’avant ils avaient des portables).
Si on nage dans la vulgate pseudo-freudienne, on dirait que c’est l’initiale de quelqu’un. Son père ? Sa mère ?
Mais le plus gros mystère c’est la question des cristaux roses qui apparaissent partout : tout le monde les aime bien, Marie-Emilie et sa mère vont communier de façon New Age en appuyant leur main dessus, parlant de réseaux d’énergie pendant que Lou cherche à en mesurer les vibrations à l’aide d’instruments. Ses cours à l’université parlent d’ailleurs de l’étude des cristaux.

Réaction  typique des lecteurs(3ème case) :
Prise sur la page Facebook I love LOU very much qui donne des infos sur Julien Neel et ses BDs.

Au départ, les premiers tomes, on était dans la tranche de vie, dans l’anecdotique, le choupinou, mais là on a des scènes du genre : (p. 22)

Lou arrive vers un gros cristal rose. Marie-Emilie et sa mère, en poncho rose, appuient leur main dessus.
Lou : B…Bonsoir…
Marie-Emilie : Lou ?
Sophie (Mère de Marie-Emilie) : Oh, ça alors !
Lou : Marie-Emilie ? Sophie ?
Marie-Emilie : Quelle bonne surprise !
Sophie : Hello hello !
Lou : C’est marrant de vous voir comme ça toutes les deux…
Sophie : Pourquoi ça ?
Lou : Bah euh… Je sais pas… Mais qu’est-ce que vous faîtes là exactement ?
Sophie : Nous communiquons avec le cristal !
Marie-Emilie : Tu n’as pas senti ? Les vibrations…
Lou : Si, j’ai relevé des formes d’ondes sinusoïdales assez inhabituelles ! Pourquoi vous riez ?
Marie-Emilie : T’es comme mon père, t’as besoin de ces trucs scientifiques !
Sophie : Henri n’a jamais su comment regarder les choses ! T’as pas besoin de ça, j’te jure, pour capter la fréquence ! Laisse-toi aller !
Marie-Emilie : (attrapant avec Sophie la main de Lou) Mets ta main là.
Lou : Non mais c’est ridicule, je…
M-E : Respire…
S : Ferme les yeux !
Lou : Bon…Ok… (ferme les yeux)
(ouvre un oeil)
(ouvre les deux yeux, surprise. Et s’aperçoit qu’elle n’est plus du tout au même endroit. Elle était au sommet d’une colline rase, elle est au milieu d’un bâtiment transpercé plein de chandelles, de ronces, de biscuits, un bol de fruits, des plantes grimpantes.)
L : Marie-Emilie ? So… Sophie ?
Le gars à lunettes (appelons le G) : Vos amies sont parties depuis un moment déjà.
L : Mais, je vous reconnais, vous êtes le garçon d’hier matin ! Enfin, de ce matin, je sais plus trop…
G : En tout cas, oui, c’est moi.
L : Qu’est-ce que tu lis ?
G : Un bouquin sur l’hypnose.
L : Et euh… C’est intéressant ?
G : Y’a des trucs pas mal… Mais tu n’y comprendrais rien.
L : Bon… Bah je vais y aller je vais chercher mes copines alors…
G : Oh, tu t’en vas ? On commençait juste à s’amuser. Si tu veux, je t’accompagnes.
L : Je veux bien, en fait… Je suis complétement paumée…
G : C’est la première fois que tu viens ?
L : Oui, il me semble… Je suis complétement paumée et, en même temps, j’ai l’impression de bien connaitre cet endroit… Et toi aussi, d’ailleurs j’ai l’impression de bien te connaître.
G : C’est normal, on est dans la même classe.
L (p.26 case 1): Je ne t’ai jamais remarqué. C’est bizarre, Mais bon…Je ne vais presque plus en cours…
Case 2, plan rapproché sur son visage, yeux fermés : depuis que…
Case 3, étonnement de Lou.
Case 4 : Elle est en cours, on parle de cristaux roses et des données prélevées.
(…)
Case 7 : Lou : «Je n’y comprends rien.» Hors-champ : «Je t’avais prévenue !»
Case 8 : on voit que c’est le garçon à lunette qui lisait un livre sur l’hypnose, livre qu’il a toujours et qu’il semble toujours en train de lire, orné du même oeil sur la couverture.

Il lui dit donc qu’elle ne comprendrait rien à l’hypnose. On saute à un autre moment, quand soudain, pouf, elle dit qu’elle ne comprend rien, sur quoi il lui dit qu’il l’avait prévenue, faisant référence à ce qu’il disait sur l’hypnose alors que Lou, elle, est déroutée par ses «absences», les changements brutaux de lieux.
Notre théorie ? Enfin, la théorie de Baleineau, c’est que l’hypnose est liée à ces sauts brusques dans le récit.
On peut imaginer que Lou passe en revue ses souvenirs à l’aide d’une thérapie hypnotique, ce qui expliquerait la résurgence de ce personnage doté d’un certain savoir sur l’hypnose ainsi que le lien qui est fait entre ces «absences» et l’hypnose.
En outre, à chaque fois qu’elle dit «DEPUIS QUE», on saute un passage et elle se retrouve en cours. Là d’où elle dit connaître l’étrange gars à lunettes fan d’hypnose et où on parle des mesures conduites sur les cristaux roses. A la page 39, ça recommence elle dit, cette fois, «Depuis quelque temps, j’y air repris goût, figure-toi… Depuis que…» ET POUF TELEPORTATION elle est en classe.
Une première fois elle dit avoir perdu goût aux cours depuis un évènement quelconque que nous n’avons pas le loisir de connaître, la deuxième fois, elle dit y avoir repris goût, sans qu’on sache de quel évènement elle parle, de nouveau.
Pour Baleineau, c’est la preuve qu’il y a eu un traumatisme, une source à son mal-être qu’elle cherche à expier, à élucider. Ceci pourrait expliquer également les questions du bonhomme à lunettes : (p.34)

G: T’as pas l’air heureuse de me voir
L : Jusqu’ici j’avais passé une bonne soirée normale. C’était chouette.
G : Ca ressemble à quoi, une de tes soirées normales ?
L : Je suis allée acheter un chiot avec mon ami l’homme-raisin. Oui, je sais, raconté comme ça, c’est…
G : J’ai rien dit.

p. 27 : elle s’étonne que le gars à lunettes connaisse ses amis, Jean-Jean, Mina, Tristan. S’il s’agit d’une incarnation de son psychothérapeute, rien d’étonnant à ce qu’il connaisse sa vie.

pp.40-41 : ils retournent à Logan et ont une discussion que Lou délaisse quant à savoir s’il est plus douloureux de mourir dans un chaudron de scorpions ou d’huile bouillante. Elle délaisse peut-être cette conversation parce que ça ne lui apprend rien et qu’elle est justement sous hypnose, cherchant un traumatisme. Et elle y arrive, au sortir de cette scène, elle est rattrapée par Tristan.
Là ils parlent d’un truc important.
<SPOILER> On apprend que Tristan savait que Lou l’espionnait, et qu’il a remarqué un changement chez elle dès qu’elle a rencontré Paul, ce qui l’invite à s’interroger sur sa relation avec Paul. A la fin de la BD on apprend qu’elle va partir voyager avec lui. Ca conclut d’ailleurs le tome.</SPOILER>

Marie-Emilie et Sophie lui disent : «Laisse-toi aller», «respire» et «ferme les yeux» autant d’injonctions qui feraient sens dans une séance d’hypnose.

En outre, elle semble tomber amoureuse du gars à lunettes("Demain je t'embrasserai. Peut-être."). Dans notre théorie, ça impliquerait un transfert psychanalytique, on reporte son affection sur le thérapeute alors qu'en réalité elle a pour objet une personne tout à fait différente (ici, Paul).

Autre chose : les tranches de vie, avec Fulgor, ont l’air normales. Nous ne disons pas «hé, tout ça n’est qu’un rêve.» Notre théorie c’est que tout est reconstruit par après, c’est pour ça que tout est dans le désordre.

Tout ça est tiré par les cheveux, mais sans déc’, Neel, si t’as balancé tout ça au pif pour nous énerver et que t’as pas de plan d’aterrissage, je t’en prie, sers-toi.

7 commentaires:

  1. Je suis toute à faite d'accord avec tous se qui est écrit ici. Je ne sais pas si tu en a parlé mais à la derniére page (dans le journal intime de Lou) en haut à droit et à la verticale; il y a un espéce de tableau bizare et je sais pas du tout ce qu'il représente...
    Est-ce-que quelqu'un saurait ce que ce tableau veut dire ?
    -Lisa-

    RépondreSupprimer
  2. Tout ça me parait un peu bizarre ... Mais bon peu être ... en tout cas j'ai hâte que le 7 sortent parce que là c'est vraiment n'importe quoi ! je chercherai pour le tableau et les G ( je pense que ça vient de son père ou que c'est juste un truc bizarre )
    Je vous conseille la bd les Nombrils qui est vraiment super ;)
    Bonne lecture à toutes (et à tous) !

    RépondreSupprimer
  3. Plus j'y pense plus cette théorie a du sens =) Notamment pour Richard réincarné en danseur suédois, je n'avais pas du tout fait le lien avec l'histoire des meubles en kit aux noms incompréhensibles du 5e tome qui l'avaient fait complètement péter un câble, et pourtant ça paraît évident maintenant.

    Il y a déjà eu des traces de science-fiction/surréalisme dans les tomes précédents (je pense par exemple au tome 3 où Lou lit une lettre de Paul dans laquelle il lui décrit son univers tropical et que le décor se met à changer autour d'elle, ou l'ambiance générale du tome 5), mais c'est toujours resté assez soft, donc forcément le virage opéré dans le tome 6 est assez surprenant. Je préfère quand même penser que Julien Neel avait une bonne idée derrière la tête et qu'il n'est pas parti dans un délire total en cassant la cohérence de son histoire de manière complètement gratuite (parce que c'est quand même l'impression que donne ce dernier tome). C'est pour ça que cette théorie me plaît bien !

    Quelque chose qui me chiffone tout de même : la qualité des dessins. Les personnages sont complètement difformes, les proportions sont très étranges : je pense notamment à Mina dans une scène où Lou et elle sortent de la boîte de nuit au petit matin qui se retrouve avec les bras et le torse tout gonflés dans une case pour redevenir tout maigrichonne dans la case suivante. Je veux bien penser que ça fait partie des délires de Lou, mais il y a des limites... x)

    RépondreSupprimer
  4. Oui, effectivement, le tome 6 change complètement d’ambiance. À la première lecture, ça ressemble juste à du n'importe quoi !! En fait, c'est vraiment le Richard suédois qui donne l'impression que c'est un rêve qui mélange tout plein d'éléments de l'histoire. À partir de ça, plus on cherche de détails, plus on trouve des choses qui coïncident... J'espère vraiment que Julien Neel va faire avancer les choses dans le tome 7, avec peut-être la rencontre avec le père de Lou, ce qui est un peu le mystère central depuis le début de la série. :D Et puis pour les dessins, ça ne m'a pas trop gêné, parce qu'il a toujours eu un style un peu tremblant, avec des jolies couleurs qui créent des super ambiances. Mais même si je suis un peu paumée, je continue d'aimer Julien Neel inconditionnellement !!! Je suis une fan jusqu'au bout !! *.*

    RépondreSupprimer
  5. Moi j'ai mal à la tête…
    J'ai acheté le tome 6 avec beaucoup de confiance, vu le plaisir que j'ai eu à lire les 5 précédents. Je suis tombée de haut : c'était vraiment trop de changement radical pour moi. J'ai lu les comm de Julien Neel, ses réponses à des questions de fan, les explications à droite à gauche (séparer les pages noires des pages blanches : les blanches sont nettement moins délirantes que les noires, et faire le puzzle des pages de garde aussi). Neel dit que se poser la question du nouveau roman de la mère de Lou est intéressant…
    Bref : un vrai casse-tête ! J'aime bien faire des enquêtes, mais j'aimerais être prévenue avant.
    Et objectivement je suis déçue par le dessin. On a beau lui trouver des excuses plus ou moins valables, je trouve qu'on perd beaucoup de qualité dans ce tome. On dirait qu'il l'a écrit de bout en bout en fumant joint sur joint, et ce n'est pas ce que j'attends d'un auteur de BD que j'aimais bien jusque là. Le tome 7 a intérêt à valoir la peine parce que je ne l'achèterai que s'il est OK dans la ligne narrative et graphique. Sinon je me contenterai de le lire à la librairie et je prendrai autre chose…
    Et clairement, j'ai beau être passée aussi par l'adolescence et n'en avoir pas un très bon souvenir, je n'étais pas aussi débranchée du réel que ça… Pas vous ?

    RépondreSupprimer
  6. Super ton analyse du tome 6. J'aime bien la théorie de l'hypnose.
    Perso, j'étais tellement déboussolée par ce tome que je me suis mis à penser que le délire des cristaux c'était justement une projection dans le nouveau roman de sa mère. Ceci dit ça n'explique pas les "coupures" quand Lou se "réveille" à la fac...
    vivement le 7 pour savoir (ou pas!)

    RépondreSupprimer
  7. je n ai pas encore bien compris mais j crois que le gas dans l hypnose est amoureux de lou (j ai pas lu le 6) et j ai hate au tome 7 (essayer de pas trop chercher vous aller avoir mal a la tete.

    RépondreSupprimer

"As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ?
Ce que tu veux m'apprendre, est-ce quelque chose de bien ?
Est-il utile que tu m'apprennes cela ?
Dans le cas contraire, pourquoi tiendrais-tu à me le dire ?"
- une poétesse victorienne moraliste, à peu près.